Centre de quartier des Ramenas - 149, rue Saint-Denis à Montreuil

VENEZ NOMBREUX :

aujourd’hui comme hier l’avenir de notre hôpital est notre affaire !


Certain-e-s, en un temps pas si lointain, fustigeaient le Comité de défense, le traitant de menteur et/ou d’oiseau de mauvais augure ... Notre action, nos informations porteraient tort au CHI...
Tout a été dit, écrit...Et pourtant, comme nous aurions voulu avoir tort !!

Le CHI dans la tpourmente
En réalité, l’histoire est simple ; il y a quelques années, l’hôpital a entrepris la reconstruction du pôle Mère Enfant et rénové d’autres bâtiments, en vue d’améliorer les conditions de confort et de sécurité. Rien de plus normal pour un hôpital public qui dessert un bassin de population de près de 400 000 habitants. Mais avec le mode de financement actuel des hôpitaux- la tarification à l’activité (T2A), les hôpitaux publics sont obligés de se financer-comme toute entreprise lucrative- en empruntant aux banques.

Situation aggravée
Résultat des courses : l’hôpital de Montreuil est un des hôpitaux de France les plus endettés, avec un taux d’endettement de 92% !

De plus, en ce début d’année 2015, la situation s’est considérablement aggravée avec le renchérissement du franc suisse « qui va annuler par les charges d’intérêts nouvelles, tous les efforts menées depuis deux ans »

Certain-e-s pourraient penser que « tout çà » est loin de nos préoccupations quotidiennes ?

Et non !
Car ce surendettement du CHI le paralyse, l’empêche d’investir, d’avoir des projets répondant aux besoins de la population, et alors même que tous « les institutionnels » reconnaissent son utilité en tant qu’hôpital de proximité et ses services spécialisés.

Pire ! Il va « justifier » un énième plan de redressement à l’ équilibre financier. Traduction : suppressions de postes, fermetures de lits, arrêt d’activités considérées comme « pas rentables, pressions sur les personnels... !

Eloignement des lieux de soins
En clair pour la population: dégradation des conditions d’accueil, remise en cause de certaines prises en charge, allongement des prises de rendez-vous, mais...raccourcissement des temps d’hospitalisation...éloignement des lieux de soins au nom « des coopérations hospitalières

Ainsi, se profile à l’horizon la mise en place d’ »un groupement hospitalier de territoire » (GHT) ...

Autant de raisons, de menaces sur le CHI qui motivent l’Association Comité de défense du CHI A. Grégoire à faire appel à votre réflexion, votre mobilisation pour que notre hôpital reste un hôpital public de proximité, apte à prendre en charge dans de bonnes conditions chacun, chacune d’entre nous !

2015 : CELA FAIT 50 ANS QUE LE CHI EST AU SERVICE DE LA POPULATION.
DEFENDONS-LE ! NOUS EN AVONS BESOIN !